Découvrir

l'Histoire d'Oletta

Scopre a storia d'Oletta

ACTUALITÉS
Commémoration du 08 mai 1945
En savoir plus
Le Petit Journal d'Oletta

Retrouvez la dernière édition du petit journal, hiver 2021

En savoir plus
Infos Mairie

pour ne rien louper des évènements de la commune

En savoir plus

Découvrir Oletta

Scopre Oletta

L’histoire d’Oletta / Storia d'Oletta
Si l’on en croit Ptolémée, il y avait déjà une activité humaine à Oletta dans l’Antiquité.

Au Moyen-Âge, Oletta se trouvait au centre d’une piève et prospérait du fait de sa proximité avec des mines d’argent qui étaient exploitées. L’actuelle église paroissiale Sant’Andria a été bâtie à l’emplacement de l’ancienne église romane piévane dont elle a conservé quelques éléments sur sa façade.

Durant les temps modernes, au XVIe siècle, vers 1520, la pieve d’Oletta comptait environ 1 000 habitants. Les lieux habités à l’époque avaient pour nom Oletta, le Romanacce, A Leccia, U Salicetu, U Cermolacce, Boccheciampe, U Muntaghjò, E Paganacce, U Monticellu, Olivacce, U Poghju, Costa, Gregogna, Casalicu, Brietta.

Oletta a eu une place importante dans la Grande Révolte des Corses (1729 – 1769)

Au XVIIIe siècle, durant la période comprise entre 1729 et 1769 qui a vu les troupes de plusieurs pays (Allemagne, Autriche, Angleterre, Espagne, Gênes, Sardaigne) intervenir en Corse, Oletta a été le théâtre d’évènements politiques et militaires, et nombre de ses habitants ont pris une part active dans le conflit opposant les Corses aux Génois. Dès les premières heures, avec ceux de nombreuses communautés de l’île, ils sont entrés en lutte armée contre l’occupant.

Chronologie par A.D Monti / Cronulugia da A.D Monti
Dans l'incapacité de réprimer la rébellion, les Génois font d'abord appel à l'Empereur d'Allemagne.

- 1731: 10 août, Wachtendonck à la tête de troupes allemandes débarquent à Bastia, et avec lui, Camille Doria, nouveau commissaire général. Le 4 août, Doria publie un édit du doge et des assemblées qui accorde le pardon général aux Corses à condition qu'ils rejoignent leurs foyers, qu'ils remettent les armes avant 15 jours et qu'ils restituent le fort de San Fiurenzu et la tour de Mortella. Sont exclus du pardon :

  1. Andria Ceccaldi, Luigi Giafferi, Ghjanfrancescu Lusinchi, Carlu Francescu Alessandrini, de Canari, Pier'Simone Ginestra (chancelier de l'évêque de Sagone, originaire d'Oletta), Ghjuvan Tumasgiu Giuliani, de Muru, et Simone Fabiani, de Santa Riparata di Balagna ; il est offert une prime de 2000 écus d'argent pour le meurtre de l'un d'eux, ou 2500 pour sa capture.
  2. Les communautés suivantes : Olmeta di Tuda et Oletta, Loretu et U Viscuvatu, Talasani, A Porta et Ficaghja, Carchetu et Pedicroce, Castinetu et Merusaglia, Nuceta, Ruspigliani et I Gatti di Vivariu, Bustanicu, Corscia et Calacuccia, Palasca et Spiluncatu, Muru, Santa Riparata di Balagna, Zicavu, Bastelica, Centuri et Mursiglia

-1732 : le 15 avril. Rédaction d'une Lettera di un Corso a un amico nazionale abitante in terra ferma, attribuée au chanoine Ghjuliu Matteu Natali (originaire d'Oletta, il fut plus tard évêque de Tivoli et auditeur du cardinal Ferroni), imprimée et distribuée sur le continent italien, et qui est destinée à réfuter les contrevérités publiées par les Génois.

 

Wachtendonck et les dernières troupes allemandes quittent la Corse en début juin 1733.

-1746 : le 7 septembre. Les Génois, vaincus, ouvrent leur ville aux troupes autrichiennes. La capitulation a été signée la veille. La République, taxée à 24 millions de livres, est complètement ruinée. Les Autrichiens libèrent Antone et Nicolò Rivarola, fils de Dumenicu, originaires du village, dans les prisons génoises depuis plus d'un an. Antone, étudiant à Sienne, était venu à Oletta pour y chercher son frère. Ils furent faits prisonniers, sur un petit bateau toscan avec patente anglaise qui les ramenait à Livourne.

-1749 : le 6 mai. À Oletta, le marquis de Cursay, colonel du régiment de Tournaisis, réunit les quinze députés et un procureur par pieve. Il réaffirme que la Corse doit se soumettre à la république et promet un règlement avantageux.

- 1751 : le 1er août. À Oletta, Chauvelin préside une assemblée des députés et procureurs des pieve. Dans son discours d'ouverture, il menace de retirer les troupes françaises si les Corses refusent le règlement que l'on est en train d'établir à Gênes et que la générosité du roi de France essaie de rendre favorable aux Corses. Les délégués signent un acte de soumission à la République, leur souveraine, qui sera présenté au commissaire Grimaldi, à Bastia, par quatre députés : l'abbé d'Olmetu, Francescu Graziani de Cassanu, Ghjuvan Teseu di a Brocca et Orsu Santu Casale d'Olmeta.

-1753 : 16 février. La commission itinérante est à Oletta. Elle ordonne à Ghjiseppu Mari Pietrasanta, lieutenant de la République à Ruglianu, d'évacuer le Capicorsu. Pietrasanta se retire à Bastia.

-1755 : 5 novembre. G.G. Grimaldi, qui vient de prendre le commandement de San Fiurenzu, interdit l'accès de la ville aux habitants du Nebbiu, ainsi que tout commerce entre le préside et la province.

- Le 8 novembre, le gouvernement corse, ayant constaté la tiédeur des populations du Nebbiu à combattre les Génois, commande la mobilisation des gens en armes et les convoque pour le lendemain au couvent de Muratu. Sont exclus de cet ordre les gens d'Oletta, Poghju et Barbaghju qui résistent vaillamment au harcèlement des troupes de Grimaldi.

Dans la nuit du 23 décembre, Grimaldi fait mettre le feu aux moulins d'Oletta. Les patriotes arrivent trop tard pour empêcher l'incendie mais tuent plusieurs soldats parmi lesquels le capitaine Baccicalupo, bras droit de Grimaldi.

- 1768 : 14 septembre. Les Français, qui avaient conquis tout le Nebbiu, s'étaient installés solidement à Santu Niculaiu. À 5 heures du matin, 4 000 Corses attaquent le Camp. La bataille fait rage jusqu'à 3 heures de l'après-midi. Pendant ce temps, les Nationaux s'emparent de Muratu et menacent de couper les troupes françaises sur leurs arrières. À 10 heures du soir, Grandmaison, qui a perdu beaucoup de soldats et plusieurs officiers, lève le camp et se retire sur Oletta, abandonnant une partie des équipages et l'hôpital ambulant.

- Le 17 septembre, Grandmaison opère une sortie victorieuse contre les Corses qui harcelaient son Q.G. d'Oletta. Le 9 novembre, les troupes françaises ont terminé leur installation dans les quartiers d'hiver ; elles occupent le Capicorsu, Bastia, et Biguglia, San Fiurenzu et Oletta, et communiquent entre elles par une chaîne de redoutes. Les postes avancés des Corses sont à Borgu, Lucciana, Muratu, Rapale, Vallecalle et Olmeta.

- 1769 : 13 février. L'abbé Francescu Antone Saliceti dit Peverino, ses parents et ses amis quittent Oletta occupé par les soldats de M. d'Arcambal. Ils avaient promis à Paoli de faciliter, de l'intérieur, l'attaque du village, mais le Général venait de changer d'objectif. Leur projet est aussitôt découvert et on procède à des arrestations.

- Le 5 mars. Marbeuf commet M. de Pujol pour instruire le procès des habitants d'Oletta arrêtés pour crime de trahison. Le 22 avril. Ordonnance royal commettant Chardon pour instruire et juger le procès de la " conspiration " d'Oletta. Le 1er mai. Les deux armées sont face à face. De Vaux a installé le gros de ses troupes, soit 20 bataillons plus la cavalerie, dans la plaine d'Oletta ; 90 " volontaires " conduits par le chevalier de Viomesnil sont disposés en avant ; à gauche, Marbeuf avec 3 000 hommes et la cavalerie de la légion Soubise s'est porté jusqu'au Bevincu ; à droite, 2 000 hommes commandés par M. d'Arcambal occupent la région comprise entre Oletta et San Fiurenzu. De son côté, Paoli a établi son Q.G. à Muratu et a fait occuper par ses milices les hauteurs de Tenda qui contrôlent les vallées de l'Alisu, l'Ostriconi

La Bataille d’Oletta / A battaglia d'Oletta
L’histoire du village, c’est aussi la Bataille d’Oletta.

En 1755, la consulte de Casabianca confie le généralat à Pascal Paoli. Le 15 mai 1768, Gênes vend à la France ses droits sur la Corse.Deux bataillons français débarquent à Saint-Florent et quatre à Bastia dans le but d’établir une liaison entre ces deux villes pour amorcer la conquête de l’île. Les Français occupent alors Oletta. Le 2 janvier 1769, Pascal Paoli surgit entre Oletta et Saint Antoine et attaque la tour du Marquis d’Arcambal. Plus tard, il projette de resserrer les Français dans Saint-Florent et Bastia, mais un fuyard renseigne l’ennemi et la liaison entre Bastia et Saint-Florent est rétablie par les Français.et le Golu. 

Oletta française

1768 - Avec la cession de la Corse par les Génois, l'île passe sous administration française. La pieve d'Oletta prend le nom de pieve di Tuda.

1789 - La Corse fait partie du Royaume de France.

1790 - Avec la Révolution française est créé le département de Corse, puis en 1793, celui du Golo (l'actuelle Haute-Corse) et du Liamone (Corse du Sud).

1793 - La commune portait le nom d'Oletta. La pieve de Tuda devient le canton de Tuda.

1801 - La commune garde le nom d'Oletta. Le canton de Tuda reste canton de Tuda.

1828 - Le canton de Tuda prend le nom de canton d'Oletta.

 

Époque contemporaine

1954 - la commune d'Oletta comptait 1 018 habitants. Elle était le chef-lieu du canton d'Oletta composé avec les communes d'Oletta, Olmeta-di-Tuda, Poggio-d'Oletta et Vallecalle.

1973 - Les anciens cantons d'Oletta et de Saint-Florent fusionnent pour créer le nouveau canton de la Conca-d'Oro. Oletta en devient le chef-lieu.